Des chercheurs australiens démontrent qu'un milieu de travail toxique augmente le risque de dépression de 300 %

Les chercheurs de l'Université de l'Australie du Sud ont également trouvé (angl. seul.) que les hommes seraient plus susceptibles que les femmes de souffrir de dépression si leur employeur n'accorde pas d'attention à leur santé mentale. Travailler de longues heures est déjà associé à une augmentation du risque de décès des suites d'une crise cardiaque ou d'un accident vasculaire cérébral, alors que cette étude prévient que de mauvaises habitudes de gestion haussent le risque de dépression. Selon un professeur au département de relations industrielles de l'Université du Québec, il faut faire davantage de prévention pour les risques psychosociaux, qui demeurent en partie invisibles. Alors que leurs études démontrent qu'il y a plus de burnout dans les organisations où le climat est mauvais, les chercheurs considèrent la santé psychologique comme étant le parent pauvre en termes de santé et de sécurité au travail.
Aussi:
Toxic workplaces increase risk of depression by 300% - University of Sounth Australia

Lire l'article