Les facteurs de protection et de risque expliqués

17 novembre 2020

Les facteurs de protection et de risque représentent deux éléments clés pour cultiver la résilience. La résilience est souvent qualifiée comme la capacité de surmonter l’adversité. Cette définition sous-entend que les individus utilisent les ressources internes et externes se trouvant à leur disposition (facteurs de protection) pour surmonter les difficultés (facteurs de risque).

Quoiqu’ils portent bien leur nom, il est important de bien comprendre les facteurs de protection et de risque ainsi que les façons dont ils interagissent dans la vie des gens.

 
Définition des facteurs de protection et de risques

Les facteurs de protection sont des attributs, comme les compétences, les forces ou les ressources, qui aident à empêcher les enfants et les jeunes de développer des conditions de santé indésirables, qui évitent que ces dernières s’aggravent et qui améliorent la capacité d’adaptation. Par exemple, dormir suffisamment représente un élément important pour la protection d’une personne contre les symptômes de troubles de l’humeur comme l’anxiété et la dépression.

Les facteurs de risque sont des attributs qui contribuent au développement ou à l’aggravation de conditions indésirables. Ils comprennent par exemple les comportements oppositionnels, le conflit familial et l’isolement social. Ces facteurs peuvent augmenter le risque de développer des symptômes de troubles de l’humeur ou de comportements mésadaptés comme la consommation de drogues et d’alcool.

 

Caractéristiques des facteurs de protection et de risque

1.Les facteurs de protection sont multidimensionnels

Les facteurs de protection et de risques comportent des dimensions multiples. C’est le cas, car ils existent dans les différentes dimensions de la vie d’un individu. Chaque personne détient des facteurs de protection et de risque au niveau individuel (p. ex. niveau d’activité physique), au niveau de la famille et des amis (p. ex. leur soutien) et au niveau de la communauté (p. ex. le sentiment d’appartenance à l’école).

Ces facteurs qui proviennent des différentes dimensions ont une influence sur les circonstances de vie. Par exemple, dormir suffisamment peut protéger une personne contre des résultats négatifs avec la famille. Ceci peut aussi se présenter au niveau communautaire sous forme de piètre performance académique ou au travail.

2.Ils sont soit statiques, soit temporels

Les facteurs de protection et de risque peuvent être statiques, ce qui veut dire qu’ils ne changent pas. Ces facteurs sont fixes et demeurent constants à travers la vie d’une personne. C’est souvent le cas des facteurs biologiques. Étant donné qu’ils sont statiques, il n’est pas utile de viser des interventions envers ces facteurs. Une prédisposition à des troubles d’humeur en est un exemple.

Les facteurs peuvent aussi être temporels, qui peuvent donc changer. Des interventions sont plus efficaces lorsqu’on vise des facteurs temporels. Les facteurs de protection et de risque temporels fluctuent selon les circonstances de la vie d’une personne, lors d’un déménagement dans une nouvelle ville par exemple. Selon ces changements, une personne peut acquérir ou perdre des facteurs de protection ou de risque. Un exemple de facteur de protection temporel inclut l’appui d’amis sur lesquels une personne peut compter.
 

3.Ils sont interactifs

Les facteurs de protection et de risque interagissent de façons complexes pour influencer nos vies.

Ils agissent en premier lieu comme des blocs empilables. Une personne peut accumuler autant de facteurs de protection et de risque qui existent et leurs effets sont cumulatifs. Ce qui veut dire que plus une personne a de facteurs protection, plus elle est protégée contre des circonstances indésirables. Avec plus de facteurs de risques, une personne est plus vulnérable aux circonstances indésirables. Prenons comme exemple une personne qui habite seule avec un problème de santé et un faible niveau de scolarité. Cette personne est plus à risque de vivre sous le seuil de pauvreté. Chaque facteur additionné ajoute au risque de se retrouver sous le seuil de pauvreté.

Certains facteurs sont aussi liés de près à d’autres. On peut les comparer à des amis proches. Souvent, l'un ne se trouve pas sans l’autre ou du moins, l’un augmente la chance d’avoir l’autre. Par exemple, vivre sous le seuil de la pauvreté est souvent associé avec une mauvaise nutrition. Le sentiment d’appartenance à l’école est souvent lié à de meilleures performances académiques.

En bref, les facteurs de protection et de risque entrent en jeu pour cultiver la résilience. Ils sont présents à travers toutes les dimensions de vie d’une personne. Ils peuvent être statiques ou temporels, et les interventions doivent viser les facteurs de protection temporels. Finalement, les facteurs de protection et de risque sont interactifs et cumulatifs.

Partagez cet article